Budget 2011

Archives > Budget 2014 > Budget 2013 > Budget 2012 > Budget 2011 > Budget 2010 > Budget 2009 > Budget 2008

Chatou garde le cap !

Tirelire et monnaieBudget 2011► TĂ©lĂ©chargez le budget primitif 2011
44 540 523 €,
dont 35 010 550 € en fonctionnement
9 529 973 € en investissement


Maintien d’une marge brute d’autofinancement élevée, maîtrise de la pression fiscale et de l’endettement, recherche permanente d’économies de fonctionnement. Les fondamentaux qui président à la construction des budgets catoviens depuis de nombreuses années se retrouvent dans ce cru en 2011. Un souci permanent d’équilibre et d’économies rendu d’autant plus indispensable que la crise des finances publiques nationales s’impose désormais comme un acquis de long terme.
Éric Dumoulin - Maire adjoint chargé des Finances

 

Dans ce contexte tendu, nous anticipons une baisse annoncée des dotations de l’État et de diverses subventions de fonctionnement et d’investissement. il nous appartient dès lors de nous montrer suffisamment inventifs et dynamiques pour optimiser et diversifier nos ressources.
En externe, via la recherche de formules inédites de financement : partenariats publics et privés, valorisation de nos prestations municipales, obtention d’aides nouvelles notamment dans le domaine du développement durable.
En interne, via l’amélioration permanente de notre organisation : déploiement du contrôle de gestion dans tous les services de la ville, renforcement de notre culture de la performance et de l’efficience en faveur des citoyens, recherche de plus de réactivité, de plus d’interactivité, de plus de fluidité.
Il est en effet hors de question de faire du portefeuille des Catoviens la trop facile variable d’ajustement de la dégradation de l’environnement économique général.
En prévoyant une hausse maximale de 0,5 % du taux d’imposition locale pour 2011, nous avons cherché cette année encore à ne pas ponctionner des ménages déjà durement touchés par la crise. avec seulement 1,5 % d’augmentation totale de nos taux sur trois ans, nous nous situons sans aucun doute dans le peloton de tête des collectivités locales d’Île-de-France ayant le mieux maîtrisé leur pression fiscale depuis le début du mandat.
Tout en maintenant un niveau Ă©quivalent de services au public et en multipliant le nombre de manifestations sur notre territoire communal.

Si elle subit, à l’instar de nombre de collectivités, une baisse sensible de ses droits de mutations et de certaines recettes d’exploitation, elle est relativement épargnée par la crise. ses fondamentaux sont solides. et ce, grâce – il convient de le rappeler – à une gestion prudente, un endettement contenu et une bonne tenue de ses coûts de fonctionnement. Nous proposons donc un budget d’équilibre, en ligne avec ceux des exercices précédents. il évolue très légèrement à la hausse, mais de manière maîtrisée. Peu de points saillants en fonctionnement, si ce n’est une stabilisation de la masse salariale – objectif majeur de ce mandat en termes budgétaires –, une baisse importante des intérêts d’emprunts grâce au désendettement et à la renégociation de notre dette et, enfin, un effort sensible porté sur l’animation de la ville, le secteur social et l’informatique. Côté investissement, je le qualifierais de budget de transition. Le renforcement des travaux de voirie, d’environnement et de développement durable se confirme. Pour ce qui concerne les grands projets, les études se poursuivent avec peut-être un léger décalage de quelques mois par rapport à notre calendrier initial. Les pics d’investissement se situeront en 2011, 2012 et 2013 au moment de la réalisation des chantiers. L’ensemble des opérations sera achevé comme prévu avant la fin du mandat.


Trois traits saillants se distinguent au sein de ce budget 2011.



• Une grande stabilité des dépenses de fonctionnement – notamment de la masse salariale – tout d’abord. avec un effort tout particulier porté sur l’action sociale, l’entretien de notre patrimoine par le Centre technique municipal, l’animation culturelle et commerciale de la ville.

• Une baisse significative de notre volume d’endettement, ensuite. volume qui devrait toutefois augmenter dans des proportions raisonnables au cours des prochains exercices du fait de la mise en oeuvre concrète des grands chantiers de la mandature.

• Un effort conséquent en terme d’investissements, enfin. À travers le lancement de trois des projets majeurs du mandat (construction du Conservatoire/espace jeunes boulevard de la République, rénovation de la place Maurice Berteaux, réalisation du terrain d’aventures dans le quartier de l’Europe) et la poursuite ou l’ouverture de chantiers d’envergure (groupe scolaire Jean Rostand, gymnase Paul Bert, voiries diverses...).

Je rappellerai en conclusion que Chatou bénéficie aujourd’hui d’une situation financière et budgétaire globalement plus favorable que nombre de villes de même strate. La rigueur qui a prévalu et prévaut dans sa gestion – et n’en déplaise à certains, ce terme est tout sauf un gros mot ! – lui permet aujourd’hui de dégager les marges de manoeuvre indispensables à une politique d’investissement ambitieuse et réaliste. et par là même d’appréhender l’avenir avec sérénité, quels que soient les scénarii envisagés.

OĂą va votre impĂ´t ?
MonnaieSur 100 €, la ville de Chatou consacre :


‹ 20 € Actions de services publics


‹ 18 € Enseignement et Centres de loisirs

‹ 11 € Voirie, Environnement, Urbanisme


‹ 12 € Crèches


‹ 8 € Sport et Jeunesse
‹ 5 € Remboursement de la dette
‹ 11 € Culture

‹ 5 € Sécurité
‹ 4 € Action Sociale et Économique

‹ 6 € Urbanisme et Logement

 

 


La répartition du budget 2011

DEPENSES DE FONCTIONNEMENT 35 010 550 €

Les dépenses de fonctionnement correspondent aux salaires du personnel municipal, à l’achat de fournitures ou de services, aux subventions aux associations, aux frais généraux de fonctionnement (électricité, téléphone, balayage de la voirie, entretien des espaces verts, assurances, taxes diverses...) et aux paiements des intérêts des emprunts.
Depuis 2006, les dépenses d’enlèvement et de traitement des ordures ménagères sont assurées par la Communauté de Communes de la Boucle de la seine.


Cliquez pour agrandir

DÉPENSES D’INVESTISSEMENT 9 529 973 €

Les dépenses d’investissement servent à entreprendre, améliorer et développer le patrimoine de la ville.
Cliquez pour agrandir
RECETTES DE FONCTIONNEMENT 35 010 550 €

Les recettes de fonctionnement proviennent des contributions directes (taxe d’habitation, taxe sur le foncier bâti et compensations de l’État), de la taxe additionnelle aux droits de mutation, des dotations versées par l’État, des subventions du département, de la CaF, de la participation des usagers aux services (cantine, crèches, piscine, accueils de loisirs...).
Depuis 2006, les recettes ne comprennent plus la taxe professionnelle et la taxe d’enlèvement des ordures ménagères qui sont encaissées par la Communauté de Communes de la Boucle de la seine qui nous reverse une dotation.

Cliquez pour agrandir


RECETTES D’INVESTISSEMENT 9 529 973 €

Les recettes d’investissement sont composées de l’épargne, des subventions et dotations reçues de l’État, de la région, du Département et des emprunts.
Cliquez pour agrandir

 

2011 : Une année d’investissements

Trois grands projets

 

Conservatoire / Espaces Jeunes et associationsConstruction d’un nouveau pôle Culture/Jeunesse

• Conservatoire / Espaces Jeunes et associations

Le regroupement de plusieurs équipements (Conservatoire, espace jeunes et associations et médiathèque) au sein d’un seul et même édifice créera un événement architectural d’envergure et marquera le point de départ d’une dynamique nouvelle pour la ville.
À l’issue du concours d’architecture organisé en 2010, le cabinet Sahuc et Katchura a été désigné comme lauréat en septembre dernier. La consultation des entreprises est prévue dès ce printemps afin de démarrer les travaux à l’automne 2011. La durée du chantier est estimée à 16 mois.

Aménagement de la place Maurice BerteauxRénovation de la place Maurice Berteaux

• Aménagement de la place Maurice Berteaux

Le réaménagement de la place Maurice Berteaux constitue un projet ambitieux pour la ville. il s’agit de renforcer l’animation commerciale par la mise en valeur des espaces, de conforter le marché, de rationaliser et d’optimiser l’offre de stationnement (introduction du stationnement payant), de mieux gérer les parcours, qu’ils soient motorisés, doux ou piétons. Pour plus de convivialité, il est prévu à ce nouvel environnement davantage d’espaces verts et ludiques.
Après une très large concertation, les services de la ville finalisent aujourd’hui le projet et établissent le dossier de consultation des entreprises. Les travaux sont prévus pour la fin du premier trimestre 2011 et devraient durer 10 mois.

 

Projet actuellement en concertationLe terrain d’aventures

• Aménagement du terrain d’aventures en parc paysager

Dédié à toutes les tranches d’âge, un parc urbain sera créé à la place du terrain d’aventures dans le quartier Nord.
Cet aménagement dit « champêtre » sera réalisé dans un esprit « développement durable » tant par le choix des végétaux (végétation nécessitant peu d’entretien et peu d’eau) que par le choix des matériaux (utilisation de paillis dans les massifs...).
Le Cabinet Hortési a été désigné fin 2010 pour en assurer la maîtrise d’oeuvre. en 2011, sont prévues la fin des études, la concertation, la recherche de subventions, la réalisation des marchés de travaux pour une réalisation de novembre 2011 à juin 2012.

 

Quelques travaux significatifs en 2011

 

• Rénovation du gymnase Paul Bert
rénovation du chauffage, des douches, des vestiaires, des sanitaires et de la grande salle et création d’un local de rangement.
• Travaux dans les écoles élémentaires
Jean Rostand, Champs moutons et à l’école maternelle des sabinettes.
• Rue des Beaunes (entre la rue des Cormiers et le n° 13) :
Réfection de l’assainissement, des trottoirs, de la chaussée, enfouissement des réseaux aériens, poses des candélabres.
• Réaménagement paysager
place du 8 mai et sentier de la cĂ´te.
• Aménagement d’aires de jeux
Avenue maupassant et à l’angle des rues du Lieutenant Ricard et Brunier Bourbon.
• Réfection des sentes
rue de la Bibliothèque, entre la rue du Général Leclerc et la rue Léon Barbier.

 

Deux questions à René Passet

 

René PassetQuels sont d’après vous les deux ou trois points saillants de la crise mondiale actuelle ?
Le mot « crise » évoque d’abord la succession des ruptures conjoncturelles qui, depuis le XiXe siècle, ont jalonné le cours de la vie économique. Mais on l’utilise aussi pour désigner ces moments cruciaux où, au fil des temps, des innovations viennent bouleverser la vie des sociétés et des économies : ainsi le moulin à vent donne-t-il le moyen Âge, la vapeur la première société industrielle et le pétrole avec l’électricité la seconde. Chaque fois, c’est un monde qui meurt et un autre qui naît. il ne faut plus parler de crise mais de « mutation ».
Aujourd’hui, avec l’ordinateur, les forces motrices du développement se déplacent du champ de la matière et de l’énergie vers celui de l’information et de l’immatériel ; les activités dominantes d’hier se révèlent obsolètes ; des emplois disparaissent, le monde entier, où tout événement se vit en temps réel, devient une unité ouverte à la concurrence ; les zones de domination de la planète se déplacent de l’occident vers les pays émergents de l’extrême-orient ; la nature elle-même – que l’on croyait éternelle et inépuisable – se révèle être un système fragile qu’il convient de ménager. C’est bien d’une mutation qu’il s’agit.

Quel scénario macroéconomique vous paraît à ce jour le plus vraisemblable ?
Le pire serait de continuer à réduire les problèmes ci-dessus aux dimensions des querelles entre tenants de la rigueur et champions de la relance conjoncturelles. Priorité doit être donnée au développement des activités de l’avenir : recherche, éducation, santé, environnement, communications... La régulation – entre tensions inflationnistes et récession – ne peut avoir de sens que par rapport à ces finalités de long terme. Le contraire de ce que fait un monde où l’on ne sait plus penser que de façon ponctuelle et dans l’immédiat. il est temps de retrouver le sens de la durée, des vastes perspectives et des finalités humaines...

René Passet...
Catovien, professeur émérite à l’université de Paris I Panthéon-Sorbonne et membre fondateur du Collegium international d’éthique, est l’un des pionniers de l’approche transdisciplinaire en économie, ainsi que du développement durable. Il a publié de nombreux ouvrages parmi lesquels L’Économique et le Vivant, couronné par l’Académie des sciences morales et politiques, L’Illusion néolibérale, Éloge du mondialisme par un « anti »présumé, Les Grandes Représentations du monde et de l’économie à travers l’histoire : de l’Univers magique au tourbillon créateur, mention spéciale du jury du meilleur livre d’économie 2010.

Le saviez-vous ?


Cliquez pour agrandir

La dette de la ville

 


Au 1er janvier 2011, elle s’élève à 18 822 070 € soit 616 € par habitant. Comme la ville s’y était engagée, l’encours de la dette n’a cessé de décroître depuis 2005 et est inférieur à la moyenne de la strate (dernière moyenne nationale connue au 01/01/2010 : 1 141 €). Le désendettement a permis de réduire fortement les frais financiers.

 

 

 

DĂ©marchage abusif
Aucune entreprise n´est mandatĂ©e par la Ville de Chatou pour vendre des espaces ou des insertions publicitaires.
Guide des associations
L´Ă©dition 2016-2017 est disponible ! TĂ©lĂ©chargez-le
DĂ©marchage abusif
Aucune entreprise n´est mandatĂ©e par la Ville de Chatou pour vendre des espaces ou des insertions publicitaires.
DĂ©marchage abusif
Aucune entreprise n´est mandatĂ©e par la Ville de Chatou pour vendre des espaces ou des insertions publicitaires.
DĂ©marchage abusif
Aucune entreprise n´est mandatĂ©e par la Ville de Chatou pour vendre des espaces ou des insertions publicitaires.
DĂ©marchage abusif
Aucune entreprise n´est mandatĂ©e par la Ville de Chatou pour vendre des espaces ou des insertions publicitaires.

Ville internet @@@ 2012