Petit rappel sur l'histoire
du cadastre napoléonien
On désigne du nom de cadastre l’ensemble des documents cadastraux établis en vue de l’assiette de l’impôt foncier. C’est la loi du 15 septembre 1807, qui est à l’origine du cadastre parcellaire français. À partir de cette date, chaque commune a été progressivement dotée d’un cadastre. Il s’appuie sur un découpage du territoire de la commune en sections désignées par une lettre. À l’intérieur de ces sections, les parcelles sont numérotées de 1 à n et désignées par une lettre et un chiffre (exemple : A 848, D 1457).
Une spécificité catovienne
Les plans cadastraux des différentes communes des Yvelines ont été réalisés entre 1807 et 1830 (celui de Chatou date de 1820). Pour la plupart, aucun autre plan n’a été réalisé par la suite. Mais à Chatou, la création de la commune du Vésinet en 1875
(constituée en partie d’un territoire jusque-là catovien) a amené les géomètres et les services fiscaux à établir un nouvel atlas cadastral en 1885. Celui-ci est constitué de 19 planches que vous pouvez consulter aujourd’hui.
Un cadastre unique,
restauré et numérisé
Contrairement à d’autres plans réalisés dans la première moitié du XIXe siècle, l’atlas cadastral de 1885 n’est pas conservé en double aux Archives Départementales. Il s’agit donc d’un exemplaire unique. Consciente de la valeur historique de ce document, témoignage unique de l’histoire de notre ville, c’est grâce au soutien des Archives Départementales des Yvelines que la ville de Chatou a pu entreprendre sa restauration et sa numérisation (le Conseil Général a financé à 70 % la restauration et les photographes des Archives Départementales des Yvelines, la numérisation).