[Regroupement des tennis] La Ville a investi 3.5 M€

Cela faisait des années que le Tennis Club de Chatou attendait ça : avoir tous ses terrains et ses équipements regroupés au même endroit. La Ville a entendu ce souhait et lancé ce projet de grande ampleur.

Publié le 25 October 2018

Cours collectifs crédit Christel Pigeon
Cours collectifs crédit Christel Pigeon
Grâce à un travail collaboratif régulier entre la Ville et le club, de nouveaux courts ont vu le jour et ont été inaugurés le 29 septembre dernier. 

L’histoire du Tennis Club de Chatou ne date pas d’hier ! Dans les années soixante, le club faisait partie de l’AS Chatou, section tennis. Ce n’est qu’au début des années quatre-vingt-dix que le club a pris son envol pour devenir le Tennis Club de Chatou (TCC).

Les premiers courts de tennis ont été construits rue des Garennes. Les membres pouvaient utiliser 3 courts en terre battue. En 1975, les courts de la rue des Garennes ont été abandonnés et la Ville a construit sur un de ses terrains, rue des Landes, 3 nouveaux courts en terre battue. Sont venus s’ajouter au fi l du temps 2 courts en dur et 3 autres en terre battue. Malgré les 8 courts de tennis proposés, la demande était telle au début des années quatre-vingt qu’il a fallu construire de nouveaux terrains de tennis. Le choix s’est alors porté sur la rue des Champagnes qui a longtemps abrité 5 courts couverts et 2 courts en extérieur. Mais cet éloignement géographique des 2 sites était complexe à gérer, aussi bien pour les membres du club que pour l’administration et les professeurs. Au début des années quatre-vingt-dix, l’idée d’un rassemblement des courts de tennis germe dans les esprits. Le TCC soumet un premier projet à la Ville qui va s’affiner au fil des discussions.

Jeu, Set et Match !

Après une réflexion minutieuse et des études approfondies, la Ville valide le projet de restructuration et de regroupement du pôle Tennis rue des Champagnes. L’éloignement des sites, le vieillissement des installations et la non conformité aux normes (accès handicap…) étaient autant d’arguments pour concrétiser ce projet.

Ayant toujours valorisé la pratique sportive des Catoviens, la Ville engage les travaux en avril 2017.
Le chantier est complexe, mais l’objectif de cette rénovation est d’améliorer les conditions de pratique et d’accessibilité des usagers tout en favorisant le développement d’une véritable vie de club en construisant un club house. Les travaux se sont achevés au début de l’été 2018. Après quelques finitions, la Ville a inauguré ce site flambant neuf en septembre.

Intégré au Centre Sportif Roger Corbin, rue Auguste Renoir, le club propose dorénavant 11 terrains :

  • 4 terrains extérieurs éclairés en terre battue
  • 2 terrains extérieurs éclairés en résine • 5 terrains couverts en résine
  • 1 mini-tennis
  • 1 mur de frappe

C’est donc un retour gagnant pour le club ! 

Le tennis pour tous 

Cette association de loi 1901 a toujours été affi liée à la Fédération Française de Tennis. Elle est actuellement gérée par 4 femmes bénévoles dont la présidente, Agnès Souchon-Versini, et emploie 10 salariés dont 8 enseignants diplômés.
Le club compte près de 850 membres dont plus de 500 jeunes. 

Tous les membres sont licenciés de la Fédération Française de Tennis. Le club est tourné vers la compétition : une équipe de femmes est en national 3 et une équipe d’hommes est en national 4.
Le club a formé Michaël Llodra très tôt dans son enfance, avant de devenir un espoir du tennis français (professionnel de 1999 à 2014).

Seuls 3 clubs sur les 150 des Yvelines ont des équipes en national ! Il y a aussi 33 équipes (5 ou 6 joueurs) qui jouent en niveau compétition : ils ont entre 8 et 65 ans. La compétition est possible pour chacun des membres, pourvu qu’il soit motivé. Le club est aussi ouvert et adapté au handicap : il reçoit régulièrement les jeunes adultes autistes de la plateforme « Les Canotiers ». Avec ses nouvelles installations, le club souhaite développer le parasport. Récemment, il a accueilli pendant 6 mois la joueuse en tennis-fauteuil Charlotte Fairbank qui espère participer aux JO paralympiques de 2024.

Grâce à une convention avec l’Éducation nationale, le club accueille les écoles publiques de Chatou depuis 25 ans soit 880 enfants chaque année !
Enfin, le club organise une trentaine d'événements gratuits dans l’année : tournois, stages et animations... notamment le Téléthon – le TCC reverse la plus importante donation de la Boucle de Seine !
Ce projet, financé par la Ville et subventionné par la Région Île-de-France et le Conseil Départemental, a sans aucun doute permis d’engendrer un nouveau souffle au club qui espère
voir le nombre de ses adhérents augmenter.

En chiffres 

  • 6e club de tennis des Yvelines
  • 850 adhérents dont 500 jeunes (80 % sont catoviens)
  • 11 courts
  • 1 club house de 180 m2
  • 1 mini-tennis
  • 1 mur de frappe
  • 2 vestiaires
  • 80 places de parking

Le budget

Montant des travaux : 3 500 000€ TTC

  • Subvention de la Région Île-de-France : 536 000€
  • Subvention du Conseil Départemental : 240 000€

3 questions à : 

Christine Boivin-Champeaux, Adjointe au Maire chargée de la Jeunesse et des Sports

Ces travaux résultent-ils d’une demande du club ou est-ce une initiative de la Ville ?

Un peu des deux… Face à la vétusté des équipements, il était nécessaire de rénover les terrains afin de mieux satisfaire les usagers. Ces travaux s’inscrivent aussi dans la politique de réhabilitation sportive voulue par la Ville. Ce projet complète un programme plus général de réhabilitation des équipements sportifs après le centre sportif Roger Corbin, le gymnase Paul Bert et la construction du terrain synthétique au stade Charles Finaltéri. Prochainement, le projet de construction d'un nouveau gymnase/maison de quartier au stade Charles Finaltéri est programmé, pour une livraison en septembre 2020.

Pouvez-vous nous retracer les étapes de ce projet ?

Nous avons d’abord étudié la possibilité de rénover les 2 sites (Landes et Champagnes). Finalement, nous avons opté pour le regroupement du club sur un même lieu avec une rénovation et une reconstruction. Mais un projet d’une telle envergure prend du temps. En 2014, c’est le projet du cabinet d’architectes Tessier-Poncelet qui a été retenu. Nous avons ensuite travaillé avec deux entreprises : Art Dan et Sylvametal. Les travaux ont commencé en avril 2017 et se sont terminés cet été. La Ville a financé ce projet avec la vente des terrains où étaient implantés les courts rue des Landes.

Comment se sont passés les travaux ?

Ce projet était complexe car il a fallu optimiser le nombre de courts de tennis par rapport à l’espace du site, respecter les normes imposées par la FFT et tenir compte du calendrier tennistique car le club est resté ouvert durant les travaux. Nous avions une réunion de chantier hebdomadaire. Évidemment, nous avons dû faire face à quelques surprises comme la découverte de canalisations de gaz au mauvais endroit ou un sol très instable par endroits car argileux. Mais nous avons réussi et nous nous félicitons de cette belle réalisation !