Flash infos

[TRAVAUX RÉSEAU DE CHAUFFAGE URBAIN - ROUTE DE CARRIÈRES - LIGNE T NOUVEAU TRAJET] À la demande de la Ville et dès ce mercredi 15 septembre, Transdev mettra en place une nouvelle déviation pour la ligne T afin de proposer une meilleure desserte du quartier Gambetta pendant les travaux en lien avec le raccordement du réseau de chauffage urbain. Seuls deux arrêts (Carrières/Bellevue et rue Tahan) ne seront pas desservis. Travaux du 13 septembre au 31 octobre. Merci pour votre compréhension.

Groupe : #Chatou une ville d'avance !

Groupe majorité

Publié le 14 septembre 2021

Ensemble, luttons contre les nuisances aériennes

Ces dernières années de nombreuses initiatives ont été conduites afin de tenter de limiter les nuisances sonores créées par les survols aériens de l’Ouest parisien, dans le cadre particulier des actions menées par l’ACRENA*. Mesures du bruit, réunions avec les autorités de régulation, pétition commune des maires de Carrières, Croissy, Chatou, Le Vésinet, Montesson… ont permis des avancées notables avec notamment la surélévation du plafond de survol des territoires habités. Mais force est de constater qu’avec la reprise post-Covid - certes souhaitée - les nuisances repartent de plus belle.

Pollution sonore des aéronefs et santé

Comme le rappelle l’UFNCA** dans son communiqué publié en juin dernier, 6,6 % des Français se déclarent gênés par le bruit des avions selon l'Université Gustave Eiffel, soit près de 4,5 millions de personnes. Ces chiffres sont confirmés par de nombreux autres organismes et méritent donc la plus grande attention des acteurs de l'aéronautique et des pouvoirs publics. Il ne s'agit pas uniquement d’une gêne psychologique ou mentale mais aussi et surtout de santé physique. Le bruit des avions est véritablement un agent pathogène avéré à long terme.

Une nécessaire évolution de la loi

Le moins que l’on puisse dire est que la France n’a pas été pionnière pour la reconnaissance des méfaits du bruit des avions sur les personnes qui le subissent. Mais le monde du transport aérien et de la construction aéronautique en a pris conscience et l’OACI*** a établi des normes acoustiques de plus en plus sévères pour les nouveaux aéronefs. Malheureusement ces normes ont un effet limité sur la réduction de bruit à la source et ne s’appliquent qu’aux nouvelles générations d’avions. Il est grand temps que soient enfin engagées les modifications réglementaires et législatives nécessaires pour mieux protéger les populations impactées. Les objectifs sont clairs :

  • Fixer une valeur limite de bruit aux avions notamment la nuit. Il n’est pas compréhensible que cette limite existe pour la route, le train, et les usines et pas pour les avions !
  • Faire converger progressivement les valeurs limites vers les recommandations de l'Organisation mondiale de la santé (OMS). 
  • Adopter pour les avions la modification d’indicateurs acoustiques (pics de bruit) qui a été votée en 2019 pour les trains (article 90 de la loi LOM).

Il ne s’agit pas de supprimer les avions ou même l’industrie aérienne - qui doit toutefois se réinventer suite à la crise sanitaire et adopter des dispositifs cohérents avec le développement durable - mais que les habitants des zones survolées soient respectés.

Une nouvelle prise de conscience est dès lors urgente. Nous soulignons en effet que l’augmentation des nuisances aériennes n'est pas une fatalité et que les changements observés constituent une dérive pour la qualité de vie. Le Maire a écrit aux autorités aéroportuaires dans ce sens et une nouvelle campagne de mesures (altimétriques et sonores) sera réalisée au cours du printemps 2022. La mobilisation continue !

Groupe Majorité

* ACRENA : Association des Communes pour la Réduction des Nuisances Aériennes dans l’Ouest parisien
** UFCNA : Union Française contre les Nuisances des Aéronefs
*** OACI : Organisation de l’aviation civile internationale

Retrouvez le programme détaillé :

Programme - #Chatou une ville d'avance